Loisirs de Steph!

23 novembre 2015

Retour

J'ai véritablement disparu pendant plus d'un an... Après mon dernier post, je suis partie en formation loin de chez moi suite à un concours. Départ le lundi à 5h30, retour le vendredi à 20h00 et semaine passée dans un petit studio meublé à travailler pour espérer être bien classée et obtenir un poste près de mon chez moi. 

Fin octobre 2014, surprise, on m'appelle suite à mon classement sur liste complémentaire à un autre concours de niveau équivalent. Là, on me propose directement un poste relativement bien situé. Je peux donc rentrer chez moi et échapper au stress. Suivent le déménagement du studio, l'installation dans mon nouveau poste et surtout, un trajet en transport bien trop long pour moi. Je suis très fatiguée et le travail, bien qu'interéssant sous certains aspects, est assez monotone et ne me distrait guère.

En février, c'est le gros chamboulement : j'attends mon premier enfant! Je suis épuisée et passe l'essentiel de mon temps libre à dormir. Tout se passe bien jusqu'à l'échographie du second trimestre où l'on nous annonce un "très petit bébé". L'hopital qui me suit ne s'en inquiète pas mais moi je passe un été totalement angoissée sans comprendre si c'est grave ou non. Échographie de contrôle fin août qui confirme : mon bébé a un retard de croissance. Le diagnostic est posé mais la cause inconnue. Je suis en arrêt maladie dès mon 5ème mois de grossesse. On cherche comme on peut des infos sur internet et on trouve de tout : possible maladie génétique, infection etc... On se dirige vers une maternité spécialisée en diagnostic anténatal et le discours est direct : "c'est peut-être juste un petit bébé mais notre première hypothèse c'est qu'il peut y avoir un problème génétique. Je vous conseille donc fortement de faire une amniocentèse".

Je vous passe les soirées (journées) à pleurer, à nous interroger, à chercher à se rassurer. Une fois le doute mis dans la tête, difficile de passer outre. L'amniocentèse revient normale. Je suis ultra suivie : écho toutes les semaines, monitoring 3x par semaine, tests urinaires etc... Tout est toujours normal.

On nous incite fortement à déclencher l'accouchement pour faire grossir le bébé à l'extérieur. On repousse cette échéance au maximum car bébé va bien et continue de grossir au chaud, même si c'est une crevette. L'accouchement est déclenché à 38 semaines, échec des deux procédures de déclenchement pour un accouchement par voie basse... Le bébé supporte mal les contractions provoquées, c'est donc une césarienne en urgence. 

Bébé est minuscule : 2kg1 et 46 cm mais va bien. Tous les tests sont bons, les cris ne sont pas du tout proportionnels à sa taille :p Son poids est évidemment très surveillé (trop) et je suis super angoissée à chaque rdv chez le médecin mais c'est une petite crevette pleine d'énergie et qui vaut largement cette moitié de grossesse non vécue car polluée par les angoisses. 

Je voulais raconter brièvement cette histoire parce que le RCIU m'était inconnu et que j'ai cherché des témoignages sur le net pour comprendre de quoi il s'agissait. Juste pour dire que les médecins suivent les petits bébés de très près et créent une angoisse terrible mais qu'il est possible que le bébé aille bien et naisse à terme. Je n'ai pour l'instant pas d'explications sur la cause du RCIU. J'attends les analyses pouvant révéler un problème de placenta... ou rien.

En attendant, je profite de ma crevette :)

Posté par Steph à à 10:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Je revenais à tout hasard te voir ! Quelle belle nouvelle, car malgré les angoisses tout se finit bien ! Mais tu ne dis rien : ni la date de naissance, ni le sexe et le prénom !
    Je compte sur toi pour avoir toutes ces infos !
    Gros bisous et félicitations à vous 2 !
    SandRyne

    Posté par SandRyne, 27 décembre 2015 à 09:21

Poster un commentaire